Les topsLifestyleSportWellness

Les femmes et la self-défense : pourquoi on ose !

En l'honneur de la journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes, on vous donne 7 bonnes raisons de tester !

Le but : redonner confiance aux femmes

La journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes souligne le fait qu’être une femme expose davantage à toutes les formes de violence et que le sentiment d’insécurité est plus fort au quotidien. Alors, faut-il céder à la paranoïa ? Certes non ! Y aurait-il une méthode pour redonner confiance aux femmes ?

La self-défense, c’est l’art de s’adapter à une situation par nature inconnue et multiforme, apprenant aux femmes de se dire qu’elles détiennent en elles les moyens d’y faire face sans être condamnée à subir.

1) Je ne suis pas vulnérable 

Avoir envie de s’initier à la self-défense ne signifie pas que vous ne subirez jamais une agression, mais que cela est utile lorsque vous vous sentez vulnérable face à une situation de danger.

2) J’ai le droit de me défendre 

Lors d’une initiation à la self-violence, la plupart des femmes ne sont pas là seulement pour apprendre à se défendre si on essaie de leur arracher le sac… Souvenir de violence indirecte, peur ancestrale, chacune ressent quelque chose. La démonstration de mise en situation est essentielle, tout comme professionnelle et respectueuse. Surtout, elle rassure.

3) Je suis autonome 

Nous avons les clés en nous pour nous défendre. Une initiation, et plus, une régularité à ces cours permet de nous offrir un réel atout : nous modifions notre attitude corporelle, et notre posture de femme. Nous dégageons inconsciemment de l’assurance, une fierté d’être nous, tout simplement. Cette prise de conscience procure une autonomie, et permet aux femmes de se sentir investie dans leur rôle d’être elles-même dans la rue, en s’y sentant plus légitimes.

4) Je me sens forte

C’est souvent une prise de conscience réelle, lors de laquelle on se sent puissantes. Mesdames, vous n’êtes et n’avez jamais été faibles. Vous ignorez peut-être seulement votre force. Votre taille, poids ou autre n’est pas un prétexte : vous ne vous sentirez pas invincible, inutilement agressive ou déraisonnable. Seulement consciente de votre capital puissance, et confiante en vous.

5) L’agression n’est pas une vague idée

Il y a de réelles mises en situation, avec un enseignement précis de gestes et de réflexes utiles. On fait face à nos peurs, à sentir les mains de notre partenaire sur notre cou, son poids sur nous et on apprend à désamorcer les situations dangereuses en mettant en oeuvre les gestes appris pour sortir de cette situation.

6) Je me défoule 

C’est un vrai défouloir, on en ressort plus légère, dans tout les sens du terme. Et, si la self-défense permet un jour de se défendre tant bien que mal, c’est aussi une activité ludique qui offre l’occasion de se défouler, de transpirer et de rester en forme. Ne l’oublions pas, c’est aussi un sport !

Au final : le mental, une arme essentielle

Pour aller plus loin : 

Un livre : Stress et défense personnelle par Raymond H. A. CARTER et Yves LE MÉE aux éditions Chiron (2006). L’ouvrage propose, outre quelques techniques élémentaires de self-défense, un éclairage sur la gestion du stress, la nature des agressions et la préparation à l’affrontement. Une bonne mise en perspective avant de passer à l’entraînement.

Un article : Arts martiaux & légitime défense – connaître les principes généraux de la légitime défense pour agir dans les limites fixées par le cadre de la loi.

Leave a Response

%d blogueurs aiment cette page :