Dites-nous que VOUS AUSSI, quand vous êtes triste vous vous jetez sur votre pot de Nutella, votre glace XXL caramel-macadamia ou dans un tout autre registre décidez de vous préparer des bonnes pâtes aux 4 fromages mélangées à de la crème fraîche ??? OUF. Nous sommes tous pareils !!

Ne vous inquiétiez pas !! C’est complètement NORMAL ! Et nous allons vous révéler pourquoi …

Pour commencer, il faut avouer que malheureusement cette malbouffe est très facilement accessible d’accès et peu cher… Cela ne nous facilite pas la tâche non plus ! Mais sachez que la malbouffe ne concerne pas seulement le burger que vous irez manger un dimanche soir par fainéantise de cuisiner mais aussi des sodas, boissons aromatisées, chocolats et crèmes dessert.

Cette nourriture est néfaste pour notre santé. En effet, ces produits stimulent le métabolisme, alterne la flore intestinale, augmentent les sensations de fatigue et affaiblissent notre corps. Et par-dessus tout : nous rendent accros !

« Une étude sur des rats, menée entre autres par le neurobiologiste et directeur de recherche au CNRS, Serge Ahmed, a démontré en 2007 que 90% de ces animaux préféraient l’eau sucrée… à la cocaïne. »

 

Pourquoi ne peut-on pas s’en passer ?

La sensation directe provoquée par le goût, l’odeur ou la texture de l’aliment et l’effet engendré sur le cerveau en fonction de sa composition (matières grasses, glucides, sel…) sont autant d’éléments qui nous rendent accro.

N’avez-vous jamais remarqué que lorsque vous entrez dans un Fast-food la moindre première petite odeur vous donnait envie de manger directement une énorme quantité d’aliments bien gras ??

Les fabricants utilisent aussi énormément de composants additifs : colorants qui nous attirent, édulcorants qui ajoute une saveur sucrée, les conservateurs, agent de textures et antioxydants pour que nos aliments aient l’air plus beau.

Votre cerveau associe ces éléments à une « expérience surprenante et excitante ».

Ces produits fondent rapidement et transmettent une fausse sensation de non-satiété qui vous poussent à manger de plus grosses quantités et … à grignoter !!! 😥

De plus, le super trio sucres-sel-graisses favorise l’addiction … Sans blague ? Et bien oui ! Des chercheurs américains Paul Kenny et Paul Johnson ont même démontré que le comportement alimentaire d’un obèse était le même que celui d’un toxicomane.

 «Les biscuits Oreo peuvent être aussi addictifs que la cocaïne», titrait le Time en 2013, après qu’une étude ait révélé que ces biscuits activaient significativement plus de neurones que la cocaïne ou la morphine dans le centre du plaisir du cerveau chez le rat. »

 

Pourquoi mange-t-on lorsqu’on est triste ?

Lorsque nous sommes stressés, cela provoque un afflux sanguin et une accélération du métabolisme. Face à ces stimulations, le corps déclenche les signaux de faim. De plus, les aliments sucrés sont souvent, et à tort, présentés comme les « aliments du réconfort » depuis la petite enfance : tu es triste ? Allez, viens on va t’acheter des bonbons!

Les sentiments d’angoisse ou de honte causent souvent une sensation de vide ou de manque. Alors, nous avons tendance à manger comme pour fuir ce sentiment et compenser le vide.

De même lorsque nous sommes triste. Cela n’est pas de notre faute ( vous voilà rassurés ?? ). Il y a une raison totalement physiologique à cela. Un cerveau triste est particulièrement actif : réfléchir, souffrir, ruminer, chercher des solutions… Ce à quoi s’ajoute souvent un sommeil agité, qui ne nous permet pas de récupérer correctement. Par ailleurs, de même que pour le stress, la tristesse va faire appel à des aliments réconforts.

De plus, les chercheurs de l’Université de Wuzburg ont trouvé le lien entre cette consommation de produits sucrés et la tristesse. Nos émotions seraient à blâmer : elles modifieraient nos goûts. Les personnes tristes seraient ainsi plus sensibles aux aliments riches en sucre. Elles ressentiraient moins le côté gras d’un aliment également.

 

Des solutions ?

  • Évitez les produits transformés, souvent bourrés d’additifs dangereux pour la santé.
  • Essayez de varier son alimentation pour stimuler naturellement ses papilles gustatives ou encore se tourner vers des aliments riches en oméga 3 qui contreraient en partie les effets de la junk food sur les fonctions cognitives.
  • Réduisez les quantités et la fréquence de la malbouffe et des aliments très sucrés.

Le petit conseil : Faire une cure sans sucre, passez par quelques jours au début puis quelques semaines sans sucre pour faire une cure. Cela aidera votre organisme à ne plus devenir dépendant de la malbouffe.

  • Évitez d’associer la nourriture à une situation : Pensez plutôt que les graisses vont vous donnez mal au ventre, ne pensez à manger que des aliments qui vous donnent de l’énergie pour reprendre le dessus sur vos émotions.

Nous devons arrêter d’assimiler le carré de chocolat à une dispute, la pizza à un moment entres amis !

 

Maintenant, à vous de jouer et d’analyser POURQUOI vous avez envie de manger gras 😉

 

Leave a Response

%d blogueurs aiment cette page :